Adresse à la Fédération de l’Isère du Parti Communiste Français

Maintien de la liste PS au second tour : quelle position du PCF ?

Grenoble, 26 mars 2014, 17:11

Camarades,

J’essaie de comprendre comment une telle situation a pu se réaliser, alors je compulse quelques éléments factuels :

Élément n°1

La décision de maintien, fusion ou retrait est de la seule responsabilité de la tête de liste, et engage l’ensemble de la liste (même les mécontents et les indécis).

Élément n°2

Le 13 juillet 2013, Jérôme Safar déclarait à TéléGrenoble que dans le cas, nécessairement improbable et relevant de la « politique-fiction », où EELV serait en première place, il ferait « tout pour que la gauche gagne à Grenoble » :

Élément n°3

Le 10 décembre 2013, vous avez soumis à l’ensemble de vos militant-e-s de Grenoble un choix dont je reprend ici les termes de l’option 1 :
« Accepter l’alliance engagée par le PG avec EELV, l’ADES, Les Alternatifs, le Réseau Citoyen, alors que cette formation envisage de se maintenir au 2° tour quitte à placer la droite et l’extrême droite en situation d’arbitre et de pouvoir ainsi choisir sa gauche. »

Bulletin PCF 10-déc-2013

Élément n°4

Jérôme Safar reproche à Eric Piolle d’être en osmose avec Jean-Luc Mélenchon (ce qui est, et je le regrette bien, factuellement faux) :
http://jeromesafar2014.fr/nos-propositions/ce-que-nous-voulons-ce-que-nous-refusons/
http://www.francetvinfo.fr/replay-jt/france-2/13-heures/jt-de-13h-du-mercredi-26-mars-2014_556221.html (6:07)

J’arrête ici, il y aurait bien d’autres éléments à mettre dans la balance, mais ils ne feraient que renforcer la tendance générale à la bizarrerie de la situation.

Pour avoir physiquement et intellectuellement suivi l’échec de la constitution d’une liste FdG aux municipales à Grenoble, je crois assez nettement visualiser l’enchaînement de circonstances qui ont présidé à la présence et au maintien du PCF sur la liste de Jérôme Safar, et me garderai bien d’émettre ici un jugement de valeur vu ma position sur la liste d’en face (au même rang que le camarade Marcuccini, il faut le noter). Donc restons-en aux faits.

Ce que je ne comprends pas, en revanche, c’est le silence total de la Fédération de l’Isère du PCF sur cette situation ubuesque, où :

  • la liste PS se maintient au 2nd tour, quitte à placer la droite et l’extrême-droite en situation d’arbitre et de pouvoir ainsi choisir sa gauche ; (cf. l’option 1 tant redoutée le 10 décembre dernier)
  • Safar reproche à Piolle d’être l’instrument du camarade Mélenchon, qui fut pourtant le très estimable candidat du FdG aux présidentielles de 2012 ; en cela Jérôme Safar reprend très exactement les arguments du réactionnaire Chamussy et de la fasciste D’Ornano pour effrayer le bon bourgeois, c