2ème tour des municipales : déclaration de Unitaire(s) 38

La politique du gouvernement subit un désaveu massif sur le plan national qui se traduit aussi en Isère par une progression de la droite et de l’extrême-droite et la perte de villes importantes pour la gauche. Politique d’austérité, cadeaux au patronat, dégradation des services publics, richesses insolentes, cadeaux mirobolants aux actionnaires alors que les entreprises licencient. Les gens qui vivent de leur travail n’en veulent plus … et s’abstiennent. Le deuxième tour des municipales a amplifié ce désaveu.

Dans ce contexte, il est important de noter que dans l’agglomération grenobloise, les listes de division menées par le PS et EE-LV ont échoué et sont sévèrement battues à Échirolles, Fontaine et Saint Martin d’Hères, qui sont restées des villes résolument à gauche.

A Grenoble, la liste menée par Eric Piolle (Réseau citoyen, Les Alternatifs, ADES, EE-LV, GA, PG, ) est arrivée largement en tête, avec plus de 10 points d’écarts avec la liste menée par J. Safar (PS, PCF, GO citoyenneté, CAP21, MRC, PRG, Génération Ecologie). Comment accepter que J. Safar sollicite le soutien de la droite et du patronat, et du ministre le plus réactionnaire, devenu depuis premier ministre, Manuel Valls ? La sanction de cette mésalliance est tombée en le discréditant.

Il s’agit de l’expression d’une envie profonde de changement, avec une politique mettant le cap à gauche, à l’écoute des besoins des populations. Unitaire(s) souhaite le succès des listes qui ont gagné à Grenoble, Echirolles, Saint Martin d’Hères, Fontaine : ces villes peuvent devenir des points d’appuis pour lutter contre l’austérité et pour une politique de progrès social, en faveur des milieux populaires, pour une société satisfaisant les besoins et respectueuse de l’environnement.

La droite et l’extrême-droite veulent mener une politique dure pour les milieux populaires et douce pour les patrons. Le PS préfère rassurer les marchés financiers et détruire le code du travail plutôt qu’aider la population et les salariés. La nomination de Manuel Valls comme premier ministre annonce l’accentuation par le pouvoir en place de ce cap à droite, dur pour les milieux populaires.

Le pays a plus que jamais besoin du Front de Gauche pour porter une politique vraiment à gauche avec des mesures fortes, comme l’interdiction des licenciements, la réduction du temps de travail, l’appropriation publique des banques et des grandes entreprise, la gratuité réelle de services publics essentiels comme la santé ou les transports, la redistribution des richesses.

Le Front de Gauche a souffert de graves divisions à l’occasion des municipales, qui ont empêché en beaucoup d’endroits la constitution de listes « Front de Gauche » porteuses de luttes contre les politiques d’austérité qui nous sont imposées depuis 30 ans. Il est temps pour le Front de Gauche de s’unir à nouveau, de rassembler pour les prochains combats à venir.

Le 12 avril, nous marcherons à Paris pour dire « Maintenant ça suffit ! Contre l’austérité, pour l’égalité et le partage des richesses. »

Unitaire(s) 38
04/04/2014

Laisser un commentaire